Le financement des soins de santé devrait se fonder sur le besoin et non sur les fluctuations du marché

8 décembre 2016, Ottawa –  La Coalition canadienne de la santé est ravie de la rencontre, ce vendredi 9 décembre, entre le premier ministre fédéral et les premiers ministres provinciaux, afin de parler des soins de santé. Toutefois, pour que les soins de santé puissent répondre aux besoins de la population canadienne qui augmente et qui vieillit, le premier ministre Trudeau doit consentir à mettre davantage d’argent sur la table, et les premiers ministres provinciaux doivent l’accepter avec les conditions qui seront rattachées aux dépenses de santé.
 
« Jusqu’à maintenant, les négociations ont raté la cible lorsqu’il s’agit de répondre aux besoins des Canadiens », précise Adrienne Silnicki, coordonnatrice nationale de la Coalition canadienne de la santé. « Les négociations ont mis l’accent sur 3 % ou 6 %, et personne n’a parlé de comment assurer un financement permettant de continuer à dispenser les services dont les Canadiens ont besoin. Lié le transfert en matière de santé au PIB signifie qu’il y aura moins de dollars disponibles dans l’éventualité d’une récession économique ou d’une augmentation des besoins en santé. Les personnes sans emploi et sans avantages sociaux dépendent davantage du système public pour répondre à leurs besoins médicaux. Nous avons besoin d’un financement qui reflète les besoins des Canadiens et non pas les fluctuations des marchés. »
 
Selon le Bureau de la responsabilisation financière de l’Ontario (printemps 2016), des provinces comme l’Ontario doivent dépenser, actuellement, 5,2 % pour continuer à dispenser les services à la population actuelle. « Avec une population croissante et vieillissante, il va falloir augmenter nos dépenses afin de continuer à dispenser les services publics de soins de santé », souligne Silnicki. « Les Canadiens sont fortement en faveur d’améliorer le système public. Selon les sondages, plus de trois quarts des Canadiens veulent un régime national d’assurance-médicaments. Un tel régime nous fera économiser à long terme mais nous avons besoin, immédiatement, de fonds de démarrage et d’un gouvernement fédéral engagé. »
 
La Coalition canadienne de la santé demande au gouvernement fédéral de continuer à financer les soins de santé au taux de 6 %, de lier le Transfert canadien en matière de santé (TCS) aux dépenses de santé des provinces, et d’élargir les soins de santé publics en ajoutant de nouveaux programmes, par exemple un régime national d’assurance-médicaments et une stratégie en matière de soins aux personnes âgées.
 
-30-
Social Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interagissez:

Inscrivez-vous pour recevoir notre Bulletin et aider à préserver et améliorer les soins de santé publics pour tous

Nous joindre

Coalition canadienne de la santé