Régime public national d’assurance-médicaments

Aperçu

L’Organisation mondiale de la santé reconnaît l’accès aux médicaments comme un droit de la personne. Le Canada est le seul pays au monde ayant un système public de soins de santé qui ne couvre pas les médicaments sur ordonnance. Actuellement, un (1) ménage sur quatre (4) au Canada ne peut payer ses médicaments.

Le Canada a besoin d’un régime national d’assurance-médicaments afin que chaque personne puisse avoir accès aux médicaments dont elle a besoin. Notre régime d’assurance-médicaments doit être public et reposé sur les principes d’universalité, d’intégralité, d’accessibilité et de transférabilité. Les études démontrent qu’un tel régime pourrait permettre au gouvernement d’économiser jusqu’à 11 milliards de dollars.

Le problème

La mosaïque actuelle de régimes d’assurance-médicaments au Canada laisse des millions de personnes passer entre les mailles du filet. Il existe plus de 100 000 régimes publics et privés d’assurance-médicaments au pays. Des millions de personnes au Canada n’ont aucune couverture. Même celles ayant une couverture se retrouvent souvent à payer des franchises coûteuses ou des quotes-parts.

C’est ainsi que de nombreuses personnes doivent choisir entre mettre de la nourriture sur la table ou acheter les médicaments dont elles ont besoin. Il arrive souvent que la santé des personnes qui ne peuvent payer leurs médicaments se détériore. Elles doivent alors se rendre plus souvent chez le médecin ou à l’hôpital, et mobilisent les ressources limitées de notre système de soins de santé.

Le Canada paie certains des prix les plus élevés au monde pour les médicaments sur ordonnance. Les dépenses en médicaments continuent d’augmenter. Nous dépensons actuellement plus d’argent pour les médicaments que pour les médecins.

Pour assurer que toutes les personnes du Canada aient accès aux médicaments dont elles ont besoin, nous avons besoin d’un régime public universel d’assurance-médicaments.

La Coalition revendique :

  • Un régime public universel d’assurance-médicaments qui couvrent les médicaments de la même façon que sont couverts les soins médicaux et hospitaliers.

Ce que vous pouvez faire

Le problème en détail

Environ 70 % de la population dépend des régimes d’assurance-médicaments fournis par l’employeur. Il y a plus de 100 000 régimes privés d’assurance-médicaments au pays. Ils offrent tous différents niveaux de couverture. Étant donné que les avantages sociaux sont négociés dans le milieu de travail, les travailleurs paient souvent la couverture de leurs médicaments sous la forme de salaires plus bas. S’ils perdent leur emploi, changent d’emploi ou prennent leur retraite, ils perdent la couverture de leurs médicaments.

Plus de 20 % de la population dépend des régimes publics d’assurance-médicaments. Il y a plus de 100 régimes provinciaux, territoriaux et fédéraux au pays, et ils offrent tous différents niveaux de couverture. La plupart des régimes publics couvrent certaines populations, notamment les aînés ou les bénéficiaires de l’aide sociale. Les provinces et les territoires couvrent différents médicaments et, par conséquent, l’accès à certains médicaments dépend de l’endroit où vous vivez. Par exemple, le même médicament pour le cancer coûte 0 $ au Nunavut, 3 000 $ en C.-B., et 20 000 $ à l’Î.-P.-É.

Avoir un régime d’assurance-médicaments ne veut pas dire une couverture adéquate. Les régimes publics et privés s’accompagnent souvent de franchises coûteuses et de quotes-parts. De plus, les régimes limitent souvent la somme pouvant être réclamée à chaque mois ou à chaque année. Ces dépenses non remboursables peuvent rendre les médicaments inabordables.

Parmi les pays de l’OCDE, le Canada paie certains des prix les plus élevés pour les médicaments sur ordonnance. Nous pourrions réduire significativement ces coûts par l’achat en masse. Négocier le prix de médicaments pour l’ensemble du pays nous donnerait un plus grand pouvoir de négociation. Un régime public universel d’assurance-médicaments pourrait faire économiser plus de 11 milliards de dollars. Les employeurs en profiteraient car ils n’auraient pas à assumer le coût des régimes de leurs employés. Les ménages en profiteraient car ils n’auraient pas à payer de leur poche les médicaments. Le régime national d’assurance-médicaments serait bon pour la santé des gens et bon pour les affaires. Il permettrait d’économiser et de sauver des vies.

Comme c’est le cas pour les autres services de santé, l’accès aux médicaments devrait être fondé sur le besoin et non pas sur la capacité à payer. Le Canada a besoin d’un régime public universel d’assurance-médicaments maintenant.

Outils pour les militants

Pourquoi le Canada a besoin d’un régime public universel d’assurance-médicaments (Coalition canadienne de la santé, 2019)

Les avantages économiques d’un régime public universel d’assurance-médicaments (Coalition canadienne de la santé, 2019)

5 principes sous-jacents à un régime public national d’assurance-médicaments (Coalition canadienne de la santé, 2018)

Le Canada a besoin d’un régime public universel d’assurance-médicaments pour tous (Coalition canadienne de la santé, 2017)

Démythificateur: Un régime public universel d’assurance-médicaments (Coalition canadienne de la santé, 2017)

Autres lectures

Consensus sur l’assurance-médicaments (Document commun, 2018)

Un régime d’assurance-médicaments universel pour tous les Canadiens: Une nécéssité. Rapport du Comité permanent de la santé (Chambre des communes, 2018)

Conférence Une prescription pour l’équité (Coalition canadienne de la santé, 2017)

Un régime public universel d’assurance-médicaments pour tous (Document de politique de la Coalition canadienne de la santé, 2016)

Vers une politique rationnelle d’assurance-médicaments au Canada (Marc-André Gagnon, Ph. D. pour la FCSII, 2014)

Argumentaire économique pour un régime universel d’assurance-médicaments (Marc-André Gagnon, Ph. D. et Guillaume Hébert pour le CCPA et l’INRS, 2010)

Action, not excuses, on drug coverage (André Picard dans le Globe and Mail, 6 avril 2011) (en anglais seulement)

Life before Pharmacare (Coalition canadienne de la santé et CCPA, 2008) (en anglais seulement)

Interagissez:

Inscrivez-vous pour recevoir notre Bulletin et aider à préserver et améliorer les soins de santé publics pour tous

Nous joindre

Coalition canadienne de la santé